Technologies embarquées, deuxième partie: Informatique

Suite de la série consacrée aux technologies embarqués, débutée par l’électronique dans l’article précédent.

Parlons maintenant d’informatique, et des différents outils qui m’accompagnent.

Le site

entete.png

Le site polonbike.net que vous êtes en train de parcourir est, comme indiqué en pied de page, fièrement propulsé par le logiciel WordPress. Moteur de sites et de blogs, très simple à installer et utiliser, avec une communauté très active et une foultitude de plugins disponibles, j’ai beau chercher je ne trouve rien à lui reprocher. Il est disponible en mode hébergé par wordpress avec les fonctions de base (les fonctions plus avancées étant payantes), ou à installer sur son serveur/chez son hébergeur gratuitement.

La galerie photo tourne grâce au logiciel Piwigo. Beaucoup moins abouti que WordPress, il rempli quand même son office, permettant de classer, trier, commenter, noter, etc .. les photos. Pour les vidéos il galère un peu plus. Connecté à WordPress par un plugin, il permet d’importer facilement les photos pour les articles.

L’hébergement

Sans vouloir faire de pub, le site est hébergé chez OVH, hébergeur généraliste basé à Roubaix, et j’en suis très content. Noms de domaines (j’en possède 2 autres en plus de polonbike.net), emails associés, bases de données, machines virtuelles, tout est au top, à des prix raisonnables, et des délais de livraison records (rarement plus de quelques minutes, même pour des commandes complexes). Bon j’arrête la pub, j’avais pourtant commencé ce paragraphe en disant que je n’en ferai pas.

Ubuntu USB key

En plus d’être une clé USB classique qui peut stocker des fichiers, cette clé, branchée sur n’importe quel ordinateur, permet de lancer mon système d’exploitation installé dessus. Et par système d’exploitation parle bien sûr d’ Ubuntu 12.10, avec les outils basiques dont je peux avoir besoin: retouche d’images, transferts de fichiers, bureautique principalement. Pour les cas où je ne peux pas l’utiliser en mode Live, par exemple dans un cyber-café, où il faut rester sur l’OS installé et se débrouiller avec, elle contient également ces logiciels de base en mode portable, c’est à dire exécutables depuis la clé.

Disque dur externe

Pour vider les cartes mémoires et stocker photos et vidéos, j’emmène un petit disque dur externe pseudo anti choc. On verra ce que ça donne, je le protège de toute façon comme s’il ne l’était pas. 2,5″, 1To, à priori je ne devrai pas le remplir avant un moment.

Cartes mémoires et lecteur de cartes

3 cartes SD 32Go pour la caméra, permettant de stocker 5h chacune en HD, plus une carte SD de 4Go pour l’appareil photo, qui n’accepte pas les cartes 32Go, et qui permet de stocker 1000 photos en 10 mégapixels. Le lecteur pourrait servir pour vider les cartes sans devoir brancher les différents appareils, je ne suis pas certain d’en avoir besoin.

Le smartphone

Déjà présenté dans mon article précédent, c’est toujours un  Samsung Galaxy Nexus S, sous Android 4.1. Très pratique pour des petites choses (relevé GPS, appels d’urgence, et connexions brèves sur les applications Twitter, WordPress, OVH), l’utiliser à plus grande échelle reste aussi confortable que le piano avec des moufles, ce n’est pas fait pour ça.

Mais, du coup, il est où l’ordinateur dans tout ça ?

Quelle perspicacité ! En effet, je n’emmène pas d’ordinateur, même portable. Trop lourd, trop fragile, trop gourmand en énergie. L’idée étant qu’un ordinateur ne me servirait qu’à poster sur le site, et pour cela il faut de toute façon une connexion à internet. Et là où il y a une connexion internet, il y a généralement des ordinateurs. Du coup je serai un bon client de cybercafés, et j’emprunterai l’ordinateur de mes hôtes le cas échéant. Le tout sachant que le contenu (textes, photos) sera déjà quasiment prêt, ou au moins préparé un minimum, afin de ne pas devoir rédiger de A à Z mes posts à chaque fois.

 

2 réflexions au sujet de « Technologies embarquées, deuxième partie: Informatique »

  1. A McDo, il y a internet, mais il n’y à pas d’ordi. Et y’a des MacDo dans toutes les vraies villes du mondes. Enfin moi je dis ça, je dis rien….
    Mais si faut avaler un sandwich à chaque connexion internet ça détériore beaucoup l’expérience gastronomique du voyage. Tu prends un bouquin?? (je veux dire, une tablette de lecture)

    • Indeed, je préférerai ne pas devoir baser ma connexion sur les mcdos, et consommer plus local. Je compte plutôt sur les cybercafés, il y en a plus que de fast food, même dans des villes plus reculées. Mais ça reste un bon dépannage à garder en tête.
      Pour les bouquins, j’emmène une liseuse (kindle), et un bouquin papier mais je ne l’ai pas encore sélectionné.

Laisser un commentaire