C’est à boire qu’il nous faut !

Matériel pour l'eau

Matériel pour l’eau: Une outre de 10L, un flacon de Micropur et la pipette 1mL, un filtre, et un pulvérisateur.

100km par jour, ça donne soif ! Étant déjà un gros buveur en temps normal, je peux facilement boire 4 litres en une journée de vélo. Ajoutons à cela de l’eau pour cuisiner, et pour me laver, l’addition augmente vite.

Comme la plupart des Français, j’ai toujours connu l’eau potable au robinet, mais je sais que ça ne sera pas le cas tout au long du parcours. De l’eau du robinet pas complètement propre pour mes intestins occidentaux jusqu’à l’absence complète de robinet, je vais traverser de nombreux pays où l’eau ne sera pas consommable directement. Certains se contentent de boire uniquement de l’eau minérale en bouteille, mais cette solution ne me correspond pas. Entre les déchets, le coût prohibitif, et l’incertitude liée au fait d’en trouver sur l’ensemble du parcours, cela fait beaucoup trop de points négatifs. Du coup, j’emmène de quoi filtrer et traiter l’eau, me permettant de boire quasiment n’importe laquelle, sauf la plus croupie, et encore !

Filtre à eau Katadyn Pocket

LE filtre du voyageur, léger, résistant, performant, il permet de filtrer les particules, algues, bactéries, protozoaires, sédiments,  etc, grâce à une céramique de 2 microns. Avec ça, même les eaux les plus boueuses deviennent consommables … miam !

Micropur

Après le filtrage, restent les virus. La solution existe sous plusieurs formes, en cachets ou en additif, c’est cette dernière que j’ai retenue pour sa praticité. 10 mL permettent de purifier 100L d’eau, soit 1000L avec un seul flacon. Normalement vendue pour les gros réservoirs (bateaux, camping cars, ..), j’emmène une pipette d’ 1mL pour pouvoir l’utiliser dans mon outre de 10L.

Avec tout ça, je vais avoir le plaisir de boire de l’eau au goût de piscine pendant quasiment tout mon voyage. Le filtre ne donne pas de goût, tout juste une petite évocation métallique lors des premières utilisations, mais le Micropur a clairement une odeur et un goût de chlore. Pour avoir déjà dû en utiliser pendant quelques semaines en 2003, on fini par s’habituer, mais je pense que je re boirai de l’eau sans goût avec grand plaisir ensuite.

Avec tout cet équipement, j’ai 2 jours complets d’autonomie en eau sans me priver (me laver, ne pas boire l’eau des pâtes), ou 4 jours si l’eau ne me sert qu’à boire, largement suffisant puisque je ne traverse pas de désert.

Il me reste maintenant à apprendre à lancer « Tavernier, une bière s’il te plaît ! » dans une douzaine de langues ! Et là, pas besoin de filtre ni de chlore …

5 réflexions au sujet de « C’est à boire qu’il nous faut ! »

  1. Pour un pulvérisateur plus petit, il y a les rayons jardinages, mais as tu vraiment envie de prendre une douche pour Bonzaï ???

    • Je parcours tous les rayons jardinages que je croise depuis plus d’un an, sans trouver plus petit en termes de pulvérisateur à compression (ou à pression préalable). Les modèles qui ont une contenance moindre sont toujours des pulvérisateurs à gâchettes. A moins que tu n’aies une jardinerie aux trésors à me recommander ?

      • ouai, compression, gâchette… non lo so ! (pas trouvé « pulvérisateur à compression » sur Wikipedia)
        Qd même 1 litre pour la douche, ça ne me semble pas exagéré

    • C’est ma douche, mon lave vaisselle et ma machine à laver. Je cherche plus petit, mais je n’ai pas trouvé de pulvérisateur à compression de moins d’un litre et demi jusqu’ici

Laisser un commentaire