Dans l’enfer des klaxons

Les copains ont eu la bonne idee de m’offrir un tri tons avant le depart. Assez sympa, il fait plaisir aux enfants, et permet de donner de la voie sans crier, ce qui fonctionne aussi.

Des la premiere semaine la fixation a fait des siennes, mais jusque la je l’ai garde. J’aurai aime pouvoir le dompter au fur et a mesure du voyage, et etre capable de jouer une melodie au retour. Helas, avec les premieres chaleurs, le caoutchouc a commence a me fondre sur la main. Je ne l’ai pas encore demonte, mais il pourrait ne pas quitter la Slovenie. En tous les cas, ses jours sont comptes !

Apres son depart, il me restera ma sonnette ding ding, pour avertir pietons et cyclistes, et ma voix, que j’utilise habituellement comme avertisseur d’urgence a velo.

 

2 réflexions au sujet de « Dans l’enfer des klaxons »

  1. Ping : Passage en Asie | Polonbike

Laisser un commentaire