Passer les Alpes à vélo

Jeudi 4 avril:

L’eau est restée dehors de la tente cette nuit. Elle est pleine de glaçons ce matin … On a beaucoup de chance sur la météo jusqu’ici, il fait super beau, alors qu’on était sensés avoir de la pluie. Bon elle est quand même annoncée pour cet après midi, pendant la montée vers le col de la frontière. Dans la matinée on rejoint Barcelonette, ou le bas de u col, même si on a fait du faux plat montant et des cotes toute la matinée. On part en début d’après midi à l’assaut de la montagne, et vers 15h, quelques gouttes commencent à tomber, avec un peu de vent. On continue à monter, pendant que les gouttes se transforment en neige fondue, et que le vent devient gênant.

Après une pause au chaud dans la boulangerie/bar/tabac/restaurant/souvenirs/épicerie de Meyronnes, on repart pour les 10 derniers kilomètres avant le col. Ca ne grimpe pas trop, donc on monte doucement mais confiants. En revanche le vent devient de plus en plus cinglant, et la neige/grêle  force à plisser les yeux pour voir où on va. Bref, petit à petit, on est bien dans une tempête de neige. On arrivera au col assez refroidis, contents, mais sans s’éterniser après la photo.

somment

Il faut encore qu’on trouve un endroit où dormir, et 19h approche à grands pas. Il neige, nous avons froid. On commence la redescente avec les doigts gelés braqués sur les freins, en espérant trouver un accueil abrité, car aucun de nous ne se voit dormir sous tente ce soir, avec le vent, le froid et la neige.

Le premier village est désert. Les maisons sont abandonnées et barricadées. On finit par trouver la seule âme qui vive du village, un petit papi qui ne préfère pas nous abriter pour la nuit. Il nous indique en revanche le village suivant, à 3km, où nous trouverons notre sauveuse.

Quand elle nous a vu entrer dans son café et nous jeter sur le poêle pour nous réchauffer, elle a tout de suite cherché à nous trouver un toit  pour la nuit. Au final, elle nous accueillera dans son restaurant, où nous avons dormi entre les tables. Elle nous aura servi à manger, à boire, et même le café au matin avant de repartir. Bref, une médaille spéciale pour le Polar Cafe, à Bersezio, et sa tenancière que nous appellerons Mamité.

Le Polar Cafe, à recommander meme quand on est congelé

Le Polar Cafe, à recommander meme quand on est congelé

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Passer les Alpes à vélo »

Laisser un commentaire