Journée frontiere

Mercredi 22 mai

Je quitte la Bulgarie, et passe 30 km en Grèce pour rejoindre la Turquie sans passer par l’autoroute.

2 frontières et 3 pays traversés en un jour.

Mis à part de l’agriculture intense, rien de notable dans ce confetti de Grèce traverse, si ce n’est peut etre des douaniers très sympas. En revanche, la frontière grecquo turque est militarisée, c’est la première du voyage.

Des bidasses et des véhicules blindés des 2 cotes, un no man’s land de 500m dans un corridor de barbelés entre les 2 douanes, je ne m’y attendais pas. Et de l’autre cote, c’est la Turquie, une nouvelle étape et bientôt un nouveau continent qui commencent !

8 réflexions au sujet de « Journée frontiere »

  1. Je n’arrive pas a croire que tu sois passe en Grece sans t’y arreter, sans meme gouter la meilleur feta de ta vie! Tu as du passer a cote de Dadia et du delta de l’Evros, la nature y est exceptionnelle… Enfin, la Turquie, ca a l’air chouette aussi et certains aspects culturels sont tres proches…

    • Je suıs passe a envıron 50 km de Dadıa. La Grece etant juste un bonus, n’ayant pas prevu ınıtıalement d’y passer, je ne me suıs pas arrete. En revanche le peu que j’aı croıse sur les 30km parcourus en Grece n’avaıent vraıment rıen a voır avec la Turquıe !

    • Mais comme ca il y aura de la place pour mettre plein de tampons sans devoir refaire le passeport en cours de route !

  2. Salut Pol,

    je crois avoir lu quelque part que le traité de 1536 entre François 1er et Saladin est toujours en vigueur. Il octroyait notamment des facilités aux français pour entrer sur le territoire turc (pour favoriser le commerce). Est-ce qu’on peut avoir un peu de détails sur ton passage à la douane turque?

    Bonne route

    • Apres le poste frontiere grec, une route entouree de barbeles sur environ 500 m. Autour, c’est la campagne, un no mans land probablement pas mine, mais qui pourrait l’etre.
      A l’approche de la frontiere turcque, des bidasses (le service militaire est toujours en vigueur en Turquie) et quelques vehicules militaires.
      Un poste de douane classique, si ce n’est encore quelques bidasses autour. Pas de visa, pas besoin de passeport, pour un sejour touristique de 90jours max pour les francais. Pour les autres nationalites je ne sais pas.
      Je presente ma carte d’identite francaise (je ne sors le passeport que s’il est necessaire), le douanier la passe dans sa machine, tape 2-3 trucs sur son ordi et me la rend, accompagne d’un papier tamponne qui indique ma date d’entree sur le territoire. Le douanier est serieux mais pas malpoli. Les bidasses et autres personnels sont souriants et commentent mon velo, et me souhaitent la bienvenue en Turquie. 3km plus loin c’est le premier village, 5km plus loin je suis a Edirne, ca y est j’ai quitte l’Europe !

Laisser un commentaire