Nomads Home

Apres ce long trajet a travers le Kazakhstan, j’étais bien content d’arriver à Bishkek. Ayant demandé à plusieurs hostels s’il était possible de faire envoyer un colis chez eux, c’est a la guesthouse Nomads Home que j’ai fait envoyer les pièces de rechange de mon vélo.

C’est au final l’hébergement le moins cher de la ville, on peut planter sa tente dans le jardin pour payer encore moins cher (250 som, moins de 4euros). Douche (au singulier, eau chaude intermittente), cuisine a disposition (enfin … une bouilloire et une plaque électrique), du wifi, exactement ce que le voyageur au long cours recherche, sans supplément.

C’est pour ça qu’on y retrouve tout un tas de voyageurs, en provenance de toutes les directions, dont une bonne partie a vélo. Certains sont au Kirghizistan pour des vacances et font étape entre l’avion et la randonnée. D’autres attendent leur passeport pour continuer leur périple (au choix: Chine, Kazakhstan, Tadjikistan, Ouzbékistan, voire Inde ou Iran). Certains arrivent de l’Ouest, d’autres de l’Est.

J’ai fait étape 2 fois a Nomads Home, une première fois en arrivant du Kazakhstan pour réparer mon vélo et faire ma demande de visa chinois. Une deuxième fois 8jours plus tard pour récupérer mon visa Chinois avant de partir continuer de visiter le pays puis me diriger vers la frontière chinoise.

En arrivant la première fois, j’ai eu la surprise de tomber sur Anne et Benjamin, dont je suis le blog passelegrandplateau.fr depuis leur départ de Lyon en février.

En arrivant la seconde fois, c’est sur le français JP de bravelemming.com et les australiens Alex et Kat de cyclingabout.com que je tombe. Le monde est vraiment petit, et les cyclos ont rdv a la Nomads Home de Bishkek.

En dehors de ces têtes connues qu’il est bon de rencontrer IRL, plein d’autres voyageurs. Surtout des européens (français, allemands, autrichiens, anglais, espagnols, italiens, ..), quelques soviétiques (russes, polonais, ukrainiens), quelques asiatiques (coréens ou japonais), et quelques Australiens. Des randonneurs, des grimpeurs, des cyclistes, venu profiter des montagnes Kirguizes.

Chacun échange les plans et les infos sur ses destinations futures,que ce soit pour une balade au Kirghizistan ou concernant le pays suivant du trajet, il y a toujours quelqu’un avec l’information necessaire. Ceux qui partent allègent leurs sacoches (« je prends l’avion qui veut de l’essence pour le réchaud ? », « Qui veut la carte de каракол ? », « Ca intéresse quelqu’un un phrasebook mandarin ? », « Ca coute combien le bus entre Ош et Сари таш ? »). Tout le monde parle anglais, sauf entre compatriotes.

Bref, un joyeux bazar, une véritable auberge espagnole, a la fois effervescente et reposante (car c’est pour la plupart d’entre nous une pause entre 2 morceaux de voyage), dont il est dur de repartir.

 

 

Malgré les apparences, ce post n’est pas sponsorisé.

 

Une réflexion au sujet de « Nomads Home »

Laisser un commentaire