Frontière chinoise

La frontière entre le Kirghizstan et la Chine se découpe en plusieurs étapes. Il y a le premier checkpoint, coté Kirguiz, 20km avant la frontière, ou on contrôle ton passeport et note ton arrivée sur un listing. Puis il y a la vraie frontière, avec d’abord un checkpoint/contrôle du passeport (pour vérifier que tu es bien sur le listing). Puis un second contrôle du passeport. Puis la douane en elle même et le tampon de sortie du territoire. Puis un nouveau contrôle du passeport pour vérifier que tu t’es bien fait tamponné. Ca y est je suis sorti du Kirghizstan.

Apres 4km d’un premier no mans land on arrive à l’ancienne frontière chinoise. Un premier checkpoint/contrôle du passeport. Le soldat galère pour comprendre de quel pays je viens. Il a une liste avec les noms des pays en chinois et en alphabet latin, et compare la couverture du passeport avec sa liste. Forcement « Republique Francaise » n’est pas sur sa liste, je dois lui pointer la ligne « France », Fagoa en Chinois (un des quelques mots que je sais dire en mandarin).

Ensuite, l’ancienne frontière en elle même, c’est à dire un fonctionnaire qui prend et contrôle le passeport, et un soldat qui me fait vider tous mes bagages pour en vérifier le contenu. Bon la fouille n’est pas si totale et approfondie que ça, le bidasse n’en a pas grand chose a carrer mais c’est son job. Verification des photos sur l’appareil photo et sur le téléphone (je ne sais pas trop ce qui est interdit), mais pas de contrôle du disque dur ni de la camera (elle n’a pas d’écran, ça n’aide pas).

Entre l’ancienne frontière et la nouvelle frontière, 142km de no man’s land, et il est interdit de les faire a vélo. Pas le choix, c’est taxi obligatoire (ou bus pour les 2jours par semaine ou il y a un bus). Pas de souci pour le vélo, dit le chauffeur, il y a juste un supplément. Je vous laisse apprécier l’installation de ma monture sur le coffre. 

Pas de souci, ça rentre. C’est tellement bien attaché qu’a l’arrivée le coffre est tordu et ne ferme plus.

A 6 dans le taxi, c’est parti pour 142km de route neuve/piste défoncée/route en travaux selon les endroits. Les bagages et le vélo sont couverts de poussière a l’arrivée a la nouvelle frontière (aucun lien avec un voyagiste francais) chinoise flambant neuve.

Cette fois pas de fouille mais rayons X pour les bagages, et tampons sur le passeport. Ca y est, me voila en Chine. A moi l’Empire du Milieu !

Laisser un commentaire