Le desert du Taklamarkan

A Kashgar, je suis aux portes du désert du Taklamarkan (les orthographes et les appellations varient selon les langues, les traductions). La suite de la route consiste à le longer par le sud, c’est a dire suivre la variante Sud de la route de la soie. Coincée entre le désert et les contreforts de l’Himalaya se trouve la route G315, que je vais suivre sur 1890km d’apres les bornes kilométriques. Le long de cette route se trouvent des villages et des villes qui me permettent de remplir l’outre d’eau et le garde manger, en faisant bien attention de savoir pour combien de temps je dois prévoir (jusqu’à 3jours a un endroit).

Je dois rejoindre la ville de Xining, a environ 3500km, dans l’idéal en 23 jours, pour y renouveler mon visa (je suis sensé demander ma demande de renouvellement 7 jours avant expiration). Dans l’absolu l’avant veille fonctionne aussi,  tous les cas je dois être a Xining en 28 jours après mon entrée en Chine. Ca fait beaucoup de kilomètres a parcourir en pas tant de temps que ça.

Je commence par quelques jours avec des journées classiques (autour de 120km), puis passe la seconde et bas quelques uns de mes records. Plus grosse journée, la barre est maintenant a 179km. Plus gros 2 jours, la barre est a 355km. Plus gros 4 jours: 664km. Bref, en mettant la barre a 1000km par semaine, a priori ca pouvait passer. Bon, apres le désert il y avait des montagnes, mais en prenant de l’avance dans le désert et en continuant a faire des grosse journées c’était jouable. J’ai tenu une grosse dizaine de jours a ce rythme, jusqu’à ce que le vent de face et la tourista en décident autrement (plus de détails dans un autre billet).

Sinon le désert, c’est grand. C’est beau. C’est long. C’est venteux. C’est long. C’est heureusement pas trop chaud (seulement 38degrés au maximum dans les heures les plus chaudes). C’est long. C’est plein de sable et de poussière. C’est long. 

Les jours se suivent et se ressemblent par certains cotés, mais différents totalement par d’autres. Tous les jours c’est réveil matinal pour rouler le plus possible au frais. C’est rouler jusqu’à ce que le corps dise stop ou que le soleil se couche. C’est manger toujours la même chose parce que de toute façon il n’y a que ca dans les magasins et les restos. Biscuits et madeleines. Nouilles chinoises. Lakman (bol de nouilles épaisses, bouillon, légumes et viande de mouton bouillie, plat typique d’Asie centrale). Je fais une grosse consommation de sodas divers pour leur haute dose de sucre.

On pourra dire que ce fut une expérience. J’ai vu des paysages magnifiques, mais j’en ai quand même bien bavé.

2 réflexions au sujet de « Le desert du Taklamarkan »

  1. Coucou Paul, je prend enfin un peu de temps pour savourer ton périple,
    Une amie fait de même pour 6 mois, mais en train (moins sportive)
    Vous nous gavez de paysages, milles fois Merci.

    MEIN+Groseille DESRUELLES

  2. Allez mon petit Paul, courage ! Quand tu rentreras c’est des souvenirs gravés à vie que tu garderas. Et puis penses à nous, t’es notre champion, c’est génial de voir toutes tes photos ! 😉
    Des bisous et du courage pour la suite.
    Claire

Laisser un commentaire