Chengdu

Sur la place centrale, avec en arrière plan le ciel typique des villes chinoises: gris-particules

Après avoir traversé la campagne du Ganzu, j’arrive dans le Sichuan et me dirige vers sa préfecture, Chengdu. Changement d’ambiance assuré. Jusqu’ici la plus grosse ville que j’avais pu visiter était Xining et ses 2 millions d’habitants.  Chengdu fait partie de la vingtaine de villes chinoises de plus de 5 millions d’habitants, atteignant les 15 millions avec son agglomération (En dehors de ces mégalopoles -héhé, mégalomoi …-, il y a aussi presque 200 villes entre 1 et 5 millions d’habitants en Chine). 

Et dans les 300km autour de Chengdu, plusieurs autres villes « de banlieue » dépassant le million. Ce ne fut donc pas la partie la plus plaisante a vélo, mais c’est aussi impressionnant de traverser ces villes sans fin. 3 jours a pédaler en milieu urbain, heureusement il restait quelques zones pas encore construites (mais ça ne saurait tarder) entre ces villes pour passer la nuit.

Et les derniers 80km pour atteindre le centre ville et une guesthouse furent un peu éprouvants. Une journée à traverser des ensembles d’immeubles, des zones d’activité, a essayer de ne pas prendre les voies rapides, c’est le genre de ville qu’il est impossible de traverser a vélo en une journée. Et content d’enfin arriver au mix hostel, petit endroit relax caché dans le centre.

Mix Hostel

 

Suite au changement de programme et au rallongement du parcours qui a suivi, c’est a Chengdu que je prends un bus pour Kunming, après 2 nuits et quelques visites, balades, rencontres et pétage de bide, comme a chaque pause dans une grosse ville.

Par exemple le temple et monastère Wenshu, première vraie visite d’un vrai temple après les quelques ratés précédents.

J’aurai pu aller voir les pandas, c’est près de Chengdu que se trouve la base de recherche et de préservation de l’espèce, mais c’était vraiment pas donné (500 yuans, près de 70 euros). A la place j’ai préféré aller tester le hot-pot local avec 2 français et un allemand rencontrés a l’hostel. C’est une fondue super épicée dans laquelle on trempe et cuit un peu tout ce qu’on veut. Des classiques oeufs, légumes, morceaux de viandes aux moins classiques tripes, peau de poisson, poulpes entiers …

Les locaux au resto se sont bien marrés devant nos regards interrogatifs, regardant comment eux faisaient (mais comment ça peut bien marcher … Attend, le truc gluant la, c’est quoi ? Tu veux dire que ça aussi ça se mange ? ).

Et il fut rapidement l’heure de mon bus pour Kunming, une nouvelle nuit dans un bus-couchette ..

 

 

Laisser un commentaire