Hanoï

Debut décembre

Pas grand chose a dire sur la capitale du Vietnam, si ce n’est quelques sites touristiques intéressants. Comme le musée de l’armée, ou la prison d’Hanoï (construite par le Francais pour incarcérer les dissidents vietnamiens, puis utilisée par les vietnamiens pour enfermer les pilotes américains dont les avions ont été abattus.). Bref pas mal d’histoire, forcement un peu teintée car racontée par et pour le Vietnam, mais c’est de bonne guerre comprehensible.

 

Hanoï fut surtout l’occasion de se balader avec mes parents, petits restos sur le trottoir, allées piétonnes et marchandes, on a fait les parfaits touristes avec un petit rythme, pour avoir aussi le temps de profiter les uns des autres. Et puis, pour moi la transition et l’arrivée au Vietnam était tout a fait normale, pour eux c’était un beau dépaysement, sans avoir eu 8 mois pour s’adapter au fur et a mesure de la route.

Au programme également pendant ces presque 10 jours: une visite chez les parents d’amies vietnamiennes (en France) de mes parents, et 2 jours sur la baie d’Halong.

 

3 réflexions au sujet de « Hanoï »

  1. Oui, grand dépaysement pour nous, avec aussi le plaisir de retrouver notre fils. Beaucoup à dire donc sur Hanoï ! l’énergie, la jeunesse, l’ingéniosité des Vietnamiens … Bonne continuation de voyage !
    Brigitte

  2. Salut Pol.
    Je suis le blog depuis quelques temps déjà ( vu l’article sur le bog de david cyclonomas)

    Sympa d’avoir des nouvelles .

    Petite question : pas trop dur le velo couché sur les pistes en terre et avec la boue . pas regret pour le vélo droit .
    Et pas le fait d’être peut etre une attraction pour la foule , pas trop pesant ?

    Christophe

    • Alors le vélo couché sur la piste, non, ça va. Je ne sais pas quel vélo tu as (c’est trop petit sur ton avatar pour voir le modèle) , mais je pense que partout ou un vélo droit passe, je passe. Et la comparaison avec un vélo droit ne vaut que si le vélo droit est chargé lui aussi ! Tu ne peux pas comparer un VTT tout suspendu en sortie du dimanche matin avec un vélo de cyclotourisme chargé pour des milliers de km. Le plus dur/pénible jusque ici a été les pistes en sable mou, quand les roues s’enlisent, là il faut pousser, et il est possible qu’un vélo avec 2 grandes roues passe mieux.
      Et pour l’attraction populaire, on s’y fait un peu, c’est parfois un peu saoulant mais comme les gens sont souriants et montrent une curiosité enthousiaste, c’est généralement sympa. Il faut juste savoir s’isoler quand tu en as marre et trouver des coins pause appropriés.

Laisser un commentaire