Il commence a faıre chaud !!

J’avais deja traversé un épisode de chaleur en Croatie, mais c’était le mois d’avril le plus chaud depuis 30 ans. Et ca restait en dessous de 35 l’apres midi.

La ça commence à chauffer un peu plus.

Les 2 photos sont prises en plein soleil, des jours différents

30degres avant 9h le matin …

36 degrés a 10h …

Pour le moment je n’ai pas encore du changer mon rythme de pedalage à cause de la chaleur (rouler a la fraîche de l’aube a 11h ou midi, puis de 17 a 20h par exemple), mais ça viendra forcement.

Journée frontiere

Mercredi 22 mai

Je quitte la Bulgarie, et passe 30 km en Grèce pour rejoindre la Turquie sans passer par l’autoroute.

2 frontières et 3 pays traversés en un jour.

Mis à part de l’agriculture intense, rien de notable dans ce confetti de Grèce traverse, si ce n’est peut etre des douaniers très sympas. En revanche, la frontière grecquo turque est militarisée, c’est la première du voyage.

Des bidasses et des véhicules blindés des 2 cotes, un no man’s land de 500m dans un corridor de barbelés entre les 2 douanes, je ne m’y attendais pas. Et de l’autre cote, c’est la Turquie, une nouvelle étape et bientôt un nouveau continent qui commencent !

30 millions d’amis, édition bulgare

Toujours des cigognes, que je croise régulièrement depuis la Croatie

Surprise sur la route, alors que je cherche un bivouac: une tortue ! Je ne sais pas si c’est une espèce locale ou un animal de compagnie relâchée par ses propriétaires

Autre surprise le lendemain, qui prenait le soleil sur le bitume. Je ne me suis pas approché suffisamment pour connaître l’espèce.

C’est la saison des chenilles et des papillons !!

C’est toujours la saison des moustiques et autres saletés d’insectes, mais ça n’a plus rien d’exceptionnel.

Une espèce de poule/faisan croisée un soir de bivouac

La province bulgare

Apres Sofia, étant bien en avance sur mon programme (j’ai rdv début juin a Istanbul avec Isabelle), je décide de passer par une partie des montagnes bulgares. Je vise également une ferme près de la frontière turque pour y faire une semaine de wwoofing, sans grand succès.

Mercredi 15 mai

Depart de Sofia. J’ai bien galèré pour quitter la ville, bien plus que pour y entrer. Pas simple de quitter une capitale sans prendre les autoroutes ! Apres 30km de tours et détours, je suis enfin en dehors de la ville. Au programme ensuite, 30km de cote. Alors que je fais une pause avant d,attaquer la montée, 2 VTTistes s’arrêtent pour jeter un oeil à mon velo, puis repartent. Je termine ma pause puis démarre 5min plus tard. Au bout d’une demi heure, je réalise au détour d’un virage que je suis en train de les rattraper. L’un d’eux abandonnera peu après, et je sucerai la roue de l’autre jusqu’en haut. Avec mes bagages et mes litres d’eau, alors que lui n’a que sa gourde. On dirait que mes cuisses se font a l’idée du voyage.

Bivouac de rêve le soir dans une cabane en construction près d’un lac.

Jeudi 16 mai

Pour ne pas attaquer la haute montagne, je repasse a la campagne en direction de Plovdiv. Je m’attendais a une ville mignonne, rien d’exceptionnel au final.

Vendredi 17 et samedi 18 mai

Je fais les 3 cotes d’un carre pour ne pas me taper la nationale, tout ça pour me taper une grosse départementale sur un des cotes. Pas une super opération au final, mais c’est toujours ça de fait.

Dimanche 19 mai

Arrivée a Ivaylovgrad, petite ville bulgare près de la frontière grecque et turque. J’attend une réponse de Wwoofing Bulgarie depuis quelque jour pour avoir l’adresse exacte de la ferme dans le coin qui pourrait m’accueillir et m’offrir gîte et couvert contre mes bras pendant quelques jours.

Lundi 20 et mardi 21 mai

Pas de nouvelles de Wwoofing Bulgarie (je vais a la station service pour avoir du wifi, pas de cybercafe ici). Je campe dans la campagne alentours, très jolie d’ailleurs, bouquine au parc, à l’ombre, bref, une vraie pause.

Mercredi 22 mai

Enfin une réponse de Wwoofing Bulgarie: je que je suis inscrit (et que j’ai payé mes frais d’inscription) je peux maintenant consulter la vraie liste des fermes hosts. Surprise, il y en a 3 fois moins que sur la carte disponible avant l’inscription ! Au choix, repartir 100km a l’ouest (et 2 massifs a traverser), ou faire mon deuil de faire du wwoofing en Bulgarie, et partir doucement vers la suite du périple. J’opte pour cette option

Le code de la route en Bulgarie

1 – Les limitations de vitesses sont indicatives.
2 – Les lignes blanches, en pointillés ou en continu, sont indicatives.
3 – Les instructions sur les panneaux, par exemple interdiction de doubler car il n’y a pas de visibilité, sont indicatives.
4 – Les distances de sécurité, par exemple en largeur pour doubler, sont indicatives, et laissées à l’appréciation de celui qui double.
5 – L’état de la route ne change rien aux règles précédentes, on peut très bien zigzaguer à fond les ballons sur une petite route pleine de nids de poules, sans visibilité, alors qu’il y a d’autres voitures (et je ne parle pas des vélos).
6 – Le plus gros ou le mieux monté a toujours priorité. Par exemple sur une départementale, 2 fois 1 voie, un camion peut en doubler un autre alors qu’arrivent en face des voitures ou un vélo couché. Et merci le bas côté de ne pas avoir été un fossé. 2 fois.
6 – Les indications de distance, sur les panneaux comme sur les bornes kilométriques, sont indicatives. Exemple: Sofia, 316km. 5  km plus loin (je m’éloigne de Sofia), Sofia: 251km. De plus, les bornes kilométriques sur les bas cotés ne sont pas obligatoirement rangées dans le bon ordre. Km37, km49, km34, …

Heureusement j’ai pu prendre aussi des petites routes sans camions, et comme la Bulgarie n’est pas très densément peuplée en dehors de Sofia ça s’est plutôt bien passé. J’espère que ça ne sera pas trop souvent comme ça, même si d’autres pays auront certainement des codes de la route semblables.

Sofia Софиа

Sofia, capitale de Bulgarie, concentre 2millions d’habitants dans une ville conçue pour dix fois moins, soit près du quart de la population du pays. L’hyper centre est à peu près préserve, mais autour ce sont bouchons et immeubles, pour loger tout le monde. 

Sans être une ville hyper touristique, on y trouve tout de même quelques monuments et vieilles pierres qui valent le coup. C’est Massimo, un ami italien d’Ivan et Ivelina, en congé ce mardi, qui va me faire visiter.

La cathédrale orthodoxe, impressionnante a l’extérieur comme a l’intérieur (mais appareil photo interdit dedans)

 

De nombreux parcs, avec quelques monuments, statues et autres.

 

 

 

 

Sainte Sophie, sur un des carrefours majeurs, proche du bâtiment présidentiel.

 

 

 

 

 

 

On trouve à Sofia une source d’eau minérale chaude, 40 degrés environ, assez rare pour être remarqué.

 

 

 

 

 

 

Une très vieille église orthodoxe, qui ne tient plus debout que par les multiples rustines et refondations ajoutées autour et a l’intérieur.

 

 

 

Le marché, toujours un endroit sympa a visiter ! Et acheter des fruits secs évidemment.

 

 

Merci au guide pour la visite !

Massimo

Une journée d’anniversaire

12mai

Ce dimanche, c’était mes 29 ans.

Réveil avec le soleil, comme d’habitude maintenant, et atelier couture en attendant que la tente sèche. Réparation d’un short et fixation correcte du réflecteur sur mon appui tête, qui commençait a se décoller. Automédaille Content de mon travail, je quitte le campement vers 8h, en direction de la capitale.

J’ai passé la veille la frontière bulgare. Je pensais trouver, comme en Serbie, un bureau de change tous les 200m, en ville comme à la campagne, mais après celui de la frontière (avec des taux … frontaliers), plus rien. Je suis donc arrivé, un dimanche matin, dans la capitale bulgare sans un sou local, juste des euros a changer. Pas un bureau de change dans les banlieues, ni sur les grands axes qui amènent dans la capitale. Je commence a douter de la faisabilité de ma recherche. Et juste avant l’hyper centre, j’aperçois un bureau de tabac/café/épicerie/… sur lequel est marqué « Change ». Ouf ! Je m’approche de la tenancière en répetant le précieux sesame « Change ».  »Ne ». Et merde ….

Mais devant cet établissement Leeloo Dallas multi tache, le père Jean et un de ses amis italien prenaient leur café. Il a repéré le drapeau français sur mon vélo, et m’interpelle, en français ( il a étudié en France). Sans même savoir que c’est mon anniversaire, son ami et lui insistent pour m’offrir le café, un croissant … et m’échangent mes euros contre des levs … Joyeux anniversaire !

Le pere Jean, son pote italien et moi

Apres cette rencontre, et une pause dans un parc du centre ville, je pars vadrouiller dans le centre, et au bout d’une dizaine de minute, je fais la rencontre de Teodor (Теодор), amateur de sports extrêmes, dont le vélo. Il passera la moitié de la journée à me montrer la ville, a m’aider a trouver une carte correcte du pays (ma carte précédente, de la Slovenie a la Serbie, s’est arrêtée a 5km de Sofia), a m’emmener au marché, et nous finissons en milieu d’après midi, avec une bière fraîche, au soleil, dans un des nombreux parc de la ville.

 

En fin d’après midi je suis attendu chez Angel et sa femme, parents d’ami d’ami, qui vont m’heberger pendant 3 nuits a Sofia. Ils m’accueillent royalement, malgré leur faible niveau d’anglais, et mon niveau de bulgare inexistant. J’ai ma chambre et ma salle de bain. Et une fois connecté au wifi des voisins, je suis assailli par une montagne de messages d’anniversaire !

Je triche un peu et passe directement au lendemain soir, c’est pour boucler le thème du billet. Ivan, le fils d’Angel et sa femme, sa femme Ivelina ( avec qui j’ai été en contact et qui m’a orienté chez ses beaux parents, et qui parle français couramment) et leur petite fille viennent manger. Ils suivent mon blog depuis mon départ, et une petite souris leur a soufflé que c’était mon anniversaire… ils ont donc amené un gâteau ! Merci encore pour cette très bonne soirée !!

 

Bref, j’ai eu 29ans en Bulgarie.